Le laboratoire de Psychologie et d’Ergonomie Appliquées est une UMR, qui a pour objectif de produire des connaissances sur les processus et les facteurs expliquant les comportements humains individuels ou collectifs, en s’appuyant sur les modèles théoriques et les méthodes développés principalement en psychologie cognitive, différentielle et sociale, ainsi qu’en ergonomie. Ce laboratoire est issu de la fusion du LATI (Laboratoire Adaptation Travail Individu, Université Paris Descartes) et du LPC (Laboratoire de Psychologie des Comportements et des mobilités, IFSTTAR). 

Trois axes structurent les recherches menées : (i) Potentiel, Apprentissage et Différenciation, (ii) Créativité et Innovation et (iii) Risques et Sécurité.  Ces axes de recherche sont déployés dans trois domaines d’application : (a) la mobilité et les transports, (b) le travail et les organisations, et (c) l’éducation, la formation et l’école.

Premier Axe: Potentiel, Apprentissage, et Différenciation

Cet axe regroupe les travaux ayant pour but d’analyser le développement et la différenciation des capacités humaines tout au long de la vie (lifespan. Notre objectif est d’aborder la question des capacités humaines sous l’angle de leur développement et de leur différenciation, en considérant l’étude d’objets associés comme les potentiels, les aptitudes, les compétences, les capacités, les ressources, les performances et les comportements.

Deuxième axe : Créativité et Innovation

Cet axe regroupe les recherches sur le(s) processus créatif(s) et, le cas échéant, son (leur) prolongement dans l’innovation. La créativité est la capacité à réaliser une production qui soit à la fois nouvelle (à des degrés variés) et adaptée au contexte dans lequel elle se manifeste. Notre objectif est d’étudier les 7 composants impliqués dans la création et l’innovation à savoir les 7 c : Créateurs, Création, Contexte, Créations, Contexte, Collaboration, Curricula et Consommation.

Troisième axe : Risques, Sécurité et Qualité de Vie

Notre objectif principal ici est la compréhension globale des risques, subis ou choisis, dans une démarche de modélisation, de l’individu à l’organisation. Au niveau de l’individu, il s’agit d’étudier l’impact sur le risque des facteurs de personnalité, ou des processus d’influence sociale. Au niveau organisationnel, on s’intéresse à l’articulation entre la sécurité réglée et la sécurité gérée, en particulier dans le cadre novateur de l’ingénierie de la résilience.

Actualités

Projet MEDIA+

https://www.cnrlaplane.fr/lancement-officiel-du-projet-europeen-media   https://www.cnrlaplane.fr/article-ecrit-sur-le-projet-media-et-apparu-dans-le-journal-hospimedia

lire plus

Séminaire de Robert Ngueutsa : L’apport des croyances et du climat de sécurité à la compréhension des comportements et au développement de la culture de sécurité dans le nucléaire

Jeudi 21 novembre à 10 heures Abstract : Les accidents de Three Mile Island (1979) et de Tchernobyl (1986) ont permis de mettre en exergue les comportements humains comme le maillon faible du système homme-machine dans le nucléaire. Depuis lors, les comportements sont...

lire plus

Partenaires